« Un vigoureux casseur d’assiettes se cache dans la peau du rêveur » (Proust, Breton, Soupault et cie : entretien avec Franc Schuerewegen)

 » […] c’est le côté Comédie humaine de la Recherche du temps perdu qui m’a ouvert les portes de l’œuvre… Il y a du Chateaubriand dans Proust, du Flaubert, du Zola […]. Proust est futuriste avant le futurisme, il devance les opérations, nous avons affaire à un pionnier » mais « le futur auteur de la Recherche était moderne avant les modernes et il l’est resté bien après eux ».
« Il arrive à une sorte d’esthétique cubiste par ses propres moyens, parce que la Recherche proustienne appartient pleinement à l’époque où elle été créée » (Lire ici l’entretien avec Nicolas Ragonneau )

soutenance : « L’enchâssement chez Goethe et Proust. Pour une définition et une interprétation de l’enchâssement, du procédé au principe », Delphine Paon

L’enchâssement chez Goethe et Proust. Pour une définition et une interprétation de l’enchâssement, du procédé au principe.
par Delphine Paon (04-12-2019)

Sous la direction de Juliette VION-DURY, Université Paris 13‐SPC
et Vincent FERRÉ, Université Paris Est Créteil (UPEC)

Cette thèse traite de l’enchâssement en littérature, terme qui désigne le procédé littéraire consistant à insérer un récit dans un autre, et ce travail s’appuie pour cela sur les romans de Goethe, Die Leiden des jungen Werther, Die Wahlverwandschaften, Wilhelm Meisters Lehrjahre, et sur A la recherche du temps perdu de Proust. Après avoir analysé plusieurs récits enchâssés dans les ouvrages de Goethe et Proust, leurs spécificités, leurs fonctions, leurs relations avec le reste de l’œuvre, cette étude veut démontrer que d’autres éléments – narratifs, semi-narratifs ou non-narratifs- peuvent être enchâssés dans un roman, comme des récits de rêve, des descriptions d’art, des citations, des documents… et en dresser une typologie. De plus, le terme « enchâssement » désigne étymologiquement le fait de placer dans une châsse les reliques d’un saint, et dans les œuvres en question le champ sémantique de la châsse ou de ce qui peut constituer une châsse métaphorique, dans laquelle est placé quelque chose de précieux, est très représenté. La conjonction de ce procédé, des éléments enchâssés et de ce champ sémantique permet de voir que l’enchâssement excède le procédé et peut être considéré comme un principe s’incarnant de différentes manières. Après avoir défini l’enchâssement en tant que principe, cette thèse s’attache à l’interpréter, notamment en ce qui concerne ses relations avec le temps, l’espace, et les spécificités du roman en général, du roman d’apprentissage en particulier, faisant signe vers le sacré.

Publication : « Marcel Proust, roman moderne : perspectives comparatistes »

Proust et le roman moderne, perspectives comparatistes a pour origine un colloque organisé en juin 2015 à l’université Paris Est Créteil, pour conclure un programme associant des chercheurs venus de toute l’Europe pour croiser langues et disciplines en confrontant lectures et interprétations de l’œuvre proustienne par des écrivains contemporains ou modernes (Salinas, Bon, Beckett…), en comparant Proust et Genet, Barnes, Cohen, Pessoa, Joyce ou Kafka ; ou réfléchir à sa relation à Ruskin, aux questions philosophiques soulevées par cette œuvre… Autant de « perspectives comparatistes » sur la manière dont l’histoire du roman proustien se dessine aujourd’hui, au gré des réceptions et des réécritures.

Proust et le roman moderne, perspectives comparatistes has its origins in a conference that took place at Paris Est Créteil University (France), in June 2015 as a conclusion to an international program: scholars from all over Europe, combining languages and disciplines, confronted readings and interpretations of A la Recherche by modernist and contemporary writers (such as Salinas, Bon and Beckett), comparing Proust and Genet, Barnes, Cohen, Pessoa, Joyce and Kafka; but also reexamining classical issues such as Proust’s relation to Ruskin and philosophical questions raised by his novel… These “comparatist perspectives” shed a light on the continuing history and reception of A la Recherche.

Rédacteurs en chef : Vincent Ferré, Raffaello Rossi, avec l’assistance de Delphine Paon

Table des matières

Liste des auteurs
Introduction [à lire en ligne]
Vincent Ferré
Ouverture : Expérience et reconnaissance chez Proust, Joyce et Kafka
Raffaello Rossi
 

Partie 1: Proust lu

Cinq auteurs sujets à l’effet Proust (Pierre-Yves Leprince, Lorenza Foschini, François Bon, Véronique Aubouy et Mathieu Riboulet)
Béatrice Athias
Échos parodiques de la Recherche dans Molloy de Samuel Beckett
Claudia Jacobi
Une rencontre inédite avec Swann : Pedro Salinas lit Proust
Marco Piazza et Ilena Antici
 

Partie 2: Confrontations

L’histoire des marges chez Marcel Proust et Albert Cohen : la fonction narrative et sociologique des trajectoires « déviantes »
Géraldine Dolléans
L’Analogie chez Dante et Proust
Julia Hartley
Présences du modèle diariste dans le roman intime proustien et pessoen
Sandra Cheilan
Les Femmes en fuite de l’espace urbain chez Marcel Proust et Djuna Barnes
Adeline Soldin
Erotique de la phrase : la mise en scène de la parole de l’autre chez Proust et Genet
Richard Mason

Partie 3: Envoi

Proust traducteur : la révélation ruskinienne malgré les contresens et les malentendus
Jérôme Bastianelli
La démonstration retrouvée
Thierry Marchaisse
 

Partie 4: Espace libre
Les marteaux et les claquements des sabots : rythmes et motifs syntaxiques dans Du côté de chez Swann
Lydia Davis
The Court of Lilacs, The Studio of Roses, The Garden at Réveillon: Madeleine Lemaire’s Empire of Flowers
Kirstin Ringelberg

‘Ontologies du sujet : Proust, Joyce et Kafka narrateurs modernistes’ – thèse R. Rossi, Bologne/UPEC , juin 2016

Raffaello Rossi soutiendra sa thèse de doctorat en cotutelle, de l’Université Alma Mater Studiorum Bologna (Critica letteraria e letterature comparate) et de l’Université Paris-Est Créteil (littérature générale et comparée)

mardi 7 juin 2016 à 16h30

Le jury sera composé de

–  M. Pierluigi PELLINI, Professeur, Université de Sienne

– Mme Anne TOMICHE, Professeur des Universités, Université Paris IV-Sorbonne

– M. Vincent FERRÉ, Professeur des Universités, Université Paris-Est Créteil (codirecteur)

– M. Federico BERTONI, Professeur des Universités, Université de Bologne (codirecteur)

La soutenance aura lieu à l’Université de Bologne.

Résumé :
Cette thèse se propose d’éclaircir des aspects communs au développement des genres narratifs dans la phase du modernisme européen autour de la Première Guerre mondiale à travers l’analyse comparée des œuvres et des projets littéraires de Marcel Proust, Franz Kafka et James Joyce. La démarche comparatiste se construit autour d’une réflexion sur les fonctions de la littérature dans le cadre de
la modernité et du rapport au passé culturel, de la transformation des différentes instances subjectives opérant au niveau de l’autoreprésentation de l’écrivain et des personnages, ainsi que des différents aspects de la crise, de sa problématisation et enfin des déplacements de la notion d’expérience dans sa configuration narrative.
Une pluralité de méthodes et des approches théoriques en est venue à
s’imposer, allant de l’histoire des genres littéraires à la critique philosophique, de la perspective sociologique sur les processus de transformation opérant à l’échelle globale jusqu’aux propositions les plus récentes dans le champ des études modernistes. Chaque pôle thématique est ainsi traité selon sa spécificité mais aussi comme un élément paradigmatique commun aux auteurs examinés, utile à la
compréhension du modernisme narratif.
L’hypothèse à la base du présent travail concerne donc un lieu commun de la critique contemporaine, à savoir l’idée que la littérature au XXe siècle est marquée par une discontinuité nette face aux pratiques narratives du siècle précédent. Quelques fondements de ce principe sont remis en question, notamment concernant les concepts d’autonomie esthétique et celui de réalisme.
Nous cherchons à comprendre de quelle manière ces idées, développées au cours du XIXe siècle, fournissent au modernisme les critères de vérité en lui permettant de créer une nouvelle perspective existentielle de l’œuvre comme explication subjective du monde, que nous proposerons d’appeler « ontologie du sujet »

Ontologie del soggetto : Proust, Joyce e Kafka narratori modernisti.
Questa tesi cerca d’indagare e capire alcuni aspetti dello sviluppo dei generi narrativi nella fase del modernismo europeo, nel periodo immediatamente antecedente e successivo alla prima guerra mondiale, attraverso l’analisi delle opere e dei progetti letterari di Marcel Proust, James Joyce e Franz Kafka. Il confronto fra i tre autori si svolge intorno a tre aree tematiche : la riflessione sulla funzione della letteratura nel contesto della modernità e il rapporto col passato culturale; la trasformazione delle diverse istanze soggettive implicate al livello
della finzione, dall’auto-rappresentazione dello scrittore alla creazione dei personaggi ; i diversi aspetti della crisi, ma anche dell’ampliamento dei significati inerenti il concetto di esperienza e le sue configurazioni narrative. In una tale prospettiva si è resa necessaria una molteplicità di metodi e approcci teorici, comprendente la storia dei generi, la sociologia e l’ermeneutica letteraria di derivazione filosofica, nonché un’attenzione particolare ai risultati ottenuti dai Modernist Studies negli ultimi vent’anni. I tre poli tematici della tesi vengono perciò trattati ciascuno secondo la propria particolarità, ma anche come elementi di un possibile paradigma, utile alla comprensione di un fenomeno culturale non completamente storicizzato come il modernismo narrativo.
L’ipotesi fondamentale che percorre l’intero lavoro si riferisce dunque a un luogo comune della critica contemporanea, ovvero l’idea che il Novecento letterario cominci da una discontinuità netta rispetto alle pratiche narrative del secolo precedente. La tesi rimette in discussione alcuni fondamenti critici di questo principio, come la rottura con le estetiche del naturalismo e del simbolismo. Si cerca invece di comprendere come le categorie dell’autonomia estetica e del realismo vengano rielaborate e integrate nell’opera degli autori, ricavando in tal modo i criteri di verità che permettono al romanzo e al racconto modernisti di farsi descrizione soggettiva del senso dell’essere, fenomeno che nel presente lavoro si propone di chiamare « ontologia del soggetto »

Demandez le programme ! Colloque 23-25 juin, UPEC “Proust et le roman moderne, Perspectives comparatistes”

23-25 juin 2015

Université Paris Est Créteil (UPEC), salle des thèses

Organisé par Vincent Ferré, Delphine Paon, Raffaello Rossi

pour l’EA LIS 4395 « Lettres, Idées, Savoirs » avec le soutien de l’Ecole Doctorale « Cultures & sociétés » (Paris Est)

Le présent colloque – concluant le séminaire 2015, – organisé à l’université Paris Est Créteil proposera, pendant deux journées 1/2, des interventions de doctorants, docteurs, jeunes chercheurs ou chercheurs confirmés, relatives à l’œuvre de Proust, ses liens avec la modernité et le roman moderne, en littérature, littérature comparée, histoire, philosophie, études anglaises… dans une perspective comparatiste et pluridisciplinaire

Lire la suite

Programme 2015 : 2e séance du séminaire, 27/3 : Perspectives européennes (Dante, Goethe)

Perspectives européennes :

1. invitation de Jennifer Rushworth (université d’Oxford, auteur de la thèse ‘Discourses of Mourning in Dante, Petrarch, and Proust’ 2013) : intervention sur Proust et Dante

2. Intervention de Delphine Paon (enseignante, thèse en cours sur « Récit enchâssé et question de genre dans A la recherche du temps perdu de Proust et Wilhelm Meisters Lehrjahre de Goethe »)

3. Echange sur la proposition d’atelier « Proust » (org. par V. Ferré, D. Paon et R. Rossi) dans le cadre du congrès de la société française de littérature générale et comparée (Amiens, novembre 2015)

4. Point sur la séance 3 (vendredi 5 juin 2015) et le colloque des 24/25 juin 2015

5. Questions diverses

Programme 2015 : 1re séance du séminaire « Proust et le roman moderne », 30/1

Présentation de la première séance (org. R. Rossi), vendredi 30 janvier 2015, 10h-13h,

UPEC, salle I3-218 (2e étage bât. principal I, campus centre)

invitation de Hugo Azérad (université de Cambridge, pour L’Univers constellé de Proust, Joyce et Faulkner: Le Concept d’épiphanie dans l’esthétique du modernisme, 2002)
et de Laurent Mattiussi (université de Lyon 3, pour Fictions de l’ipséité : essai sur l’invention narrative de soi. Beckett, Hesse, Kafka, Musil, Proust, Woolf, 2002)

Marcel Proust : un savoir de la crise au tournant du siècle

L’œuvre proustienne se situe dans ce moment d’implosion de la modernité, qui prend désormais en littérature le nom de « modernisme ». Bien que, comme l’a montré parmi d’autres Antoine Compagnon, la posture de Proust face aux progrès  de son époque puisse le classer comme « anti-moderne », la Recherche comme roman participe d’un mouvement souterrain et collectif qui bouleverse le récit fictionnel dans ses fondements mêmes .

Cette première séance du séminaire Proust et le roman moderne, perspectives comparatistes présentera deux parcours de recherche différents, où l’approche comparatiste, la théorie et l’histoire littéraires se croisent et s’entremêlent pour développer deux des axes principaux du tournant épistémologique du début du XXe siècle : d’un côté la vision épiphanique comme manière nouvelle de donner forme aux structures de l’expérience, et de l’autre le discours du récit en tant que démarche de constitution de la subjectivité individuelle.

Hugo Azérad, enseignant de langue et littérature françaises à l’université de Cambridge, et Laurent Mattiussi, professeur de littérature générale et comparée à l’université Lyon  3 exposeront autour de ces thèmes leur réflexions sur le rapport de l’écriture proustienne aux œuvres littéraires et aux questions philosophiques qui traversent son époque, pas tant avec l’intention de faire des reconstructions que de nous donner de nouvelles clés de lecture et une mise en perspective de nos gestes critiques. » (RR)

Université Paris Est Créteil (UPEC), Campus centre, salle bâtiment I 3 – 218 (= 2e étage, couloir jaune)
plan pour rejoindre le campus,  ligne 8, métro Créteil université, et le bâtiment I

Séminaire et colloque : programme doctoral 2015

Trois séances de séminaire : 30 janvier, 27 mars, 5 juin

première séance (org. R. Rossi), le vendredi 30 janvier 2015, 10h-13h, UPEC :
invitation de Hugo Azérad (université de Cambridge, auteur de L’Univers constellé de Proust, Joyce et Faulkner: Le Concept d’épiphanie dans l’esthétique du modernisme, 2002) et de Laurent Mattiussi (université de Lyon 3, auteur de Fictions de l’ipséité : essai sur l’invention narrative de soi. Beckett, Hesse, Kafka, Musil, Proust, Woolf, 2002).
Plus de détails ici

– deuxième séance (org. D. Paon), le vendredi 27 mars 2015, 10h-13h, UPEC :
invitation de Jennifer Rushworth (université d’Oxford, auteur de la thèse ‘Discourses of Mourning in Dante, Petrarch, and Proust’ 2013). Détails à venir

– troisième séance, le vendredi 5 juin 2015, 10h-13h, UPEC :
Cette séance de workshop servira à préparer le 4e temps du cycle de travail pour 2015

–  colloque : mercredi 24 et jeudi 25 juin 2015

appel à communications –  interventions de doctorants, docteurs, jeunes chercheurs ou chercheurs confirmés, relatives à l’oeuvre de Proust, en littérature, littérature comparée, histoire, philosophie, études anglaises… – pour deux journées de colloque, le mercredi 24 et le jeudi 25 juin, en lien avec un événement scientifique prévu à Nanterre le vendredi 26 juin.

Merci d’envoyer avant le 28 FEVRIER une proposition d’intervention – 1500 à 2000 signes et des indications biobibliographiques – à l’adresse suivante : proustromanmoderne@gmail.com

comité d’organisation (séances du séminaire) : Delphine Paon, Raffaello Rossi, avec Vincent Ferré
comité scientifique (séminaire et colloque) :  Delphine Paon, Raffaello Rossi, Michael Bigay, Manuelle Duszynski, Marguerite Mouton, Anca Muntean, Ruoshi Geng, Bachir Bourras, Agnès Edel-Roy, avec Vincent Ferré

avec le soutien du LIS (EA 4395, dir. B. Petey-Girard et P. Séverac) et de l’Ecole doctorale « Cultures & sociétés » de l’université Paris Est (dir. M.-E. Plagnol)

Proust et le roman moderne : présentation

Carnet de recherche collectif animé par des doctorants de l’équipe « Lettres, idées, savoirs » (LIS, EA 4395) de l’université Paris Est Créteil (UPEC) – encadrés par Vincent Ferré, PR en Littératures comparées -, dans une perspective pluridisciplinaire associant chercheurs confirmés et jeunes chercheurs de toute l’Europe – France, Royaume-Uni, Italie, Pays-Bas, Allemagne… – en littérature française, littérature comparée, histoire, études anglaises, philosophie…
Ce carnet accompagne un programme de recherche (préparé depuis 2013) sur l’oeuvre de Marcel Proust, ses liens avec la modernité et le roman moderne, dans un cadre  comparatiste.
Le programme comprend, pour 2015 : 3 demi-journées de séminaire (30 janvier, 27 mars, 5 juin) et un colloque les 24-25 juin à Paris Est Créteil.
Il se situe dans le prolongement du travail réalisé en 2006-2010 dans le cadre du programme « Proust dans la recherche comparatiste, bilan et nouvelles perspectives » dirigé par K. Haddad (Paris Ouest Nanterre) & V. Ferré – 3 journées d’étude publiées et un colloque publié en ligne – puis du programme franco-hollandais de 2010-2013 (colloques et journées à Paris 10 Nanterre, Anvers et Nimègue) dirigé par K. Haddad & F. Schuerewegen, avec V. Ferré.

Perspectives comparatistes

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search